Empty

Total: 0,00 €

h:D

Planet tmp

  • Wednesday, April 23, 2014 - 14:12
    Atelier photo “La photo vue du labo”

    Atelier du /tmp/lab à la Médiathèque de Choisy

    Le 10 mai 2014 de 16h à 18h à la médiathèque Aragon de Choisy-le-Roi (accès)

    Le /tmp/lab organise un atelier à la Médiathèque de Choisy le Roi sur le sujet de la photographie, sous la forme de micro ateliers en simultané.

    Au programme

    GlitchAPN  Comment bidouiller de vieux appareils photo numériques pour des résultats expérimentaux.

    Photo argentique Comment pratiquer la photo argentique

    La photo en musique  Comment une photo peut devenir sonore.

    La photo pour débutant Comment fonctionne la photo :  focale,  temps de pose etc.

    La photo libre Comment travailler ses photos avec du logiciel libre

    Plus d’infos :

  • Saturday, January 18, 2014 - 11:58
    Vidéo, liens et références de la conférence “Pourquoi Barack Obama lit-il mes emails ?”

    Suite à la conférence du samedi 18 janvier, voici des liens pour la (re)voir et en savoir plus.

    Cette page est en cours de construction, n’hésitez pas à nous indiquer dans les commentaires vos liens ou vos remarques.

    Vidéo de la conférence

    (en cours)

     

    Expérimenter la surveillance

    Services web

    • Recherche : remplacer Google par https://duckduckgo.com
    • Cartes : remplacer Google Map par Openstreetmap
    • Email : utiliser votre propre nom de domaine

    Logiciel libre

    • Mail : Thunderbird (+ plugin Enigmail pour chiffrer les mails)
    • Web : Firefox
    • Messagerie : Pidgin, Adium
    • Système d’exploitation : Ubuntu, Linux en général

     

  • Thursday, January 16, 2014 - 23:30
    Usinette Hors-sujet Fablab

     

    Voici nos derniers textes publiés dans le journal du festival Avatarium#14, édition 2013 à Saint-Étienne.

    Bonne lecture !

    usinette_avatarium_page1-17fa7

  • Wednesday, January 1, 2014 - 17:34
    /tmp/thinktank sur Snowden, les juges et la gouvernance des services de renseignement

    Paris, le 31/12/2013

    Un juge fédéral américain a légalisé la surveillance de masse des réseaux téléphoniques par le gouvernement US. Quel sens donner à cela ?

    Juge et politiciens tentent de trouver un message, une solution médiatique au problème posé par la NSA et la surveillance globale. Le problème de la surveillance par la NSA reste entier, comme expliqué ci-dessous, mais les positions de ce juge s’inscrivent dans le contexte d’une lutte politique dont les juges eux-mêmes font partie.

    Devant le tollé qui frappe les Etats-Unis, la NSA et la communauté mondiale des services secrets, les Etats-Unis avaient besoin d’un support de poids pour contrebalancer d’autres jugements et l’opinion publique.

    La décision du juge Pauley contredit la décision de la cour de la semaine dernière (date?) à Washington DC. Pourquoi ces deux points de vue complètement opposés sur la surveillance de la NSA ?

    En fait, il y a un problème interne, une sorte de guerre interne à la NSA.

    “C’est la sécurité le problème” allez-vous dire, et nous sommes d’accord, mais ce n’est pas tout.

    Il y a beaucoup plus grave :

    La NSA est en échec dans sa mission.

    Trop de données, trop peu d’efficacité, caché par quelques succès mineurs (mais apparemment aucun sur le plan du terrorisme ) qui ont servi à justifier l’existence des programmes de surveillance gobale. Il y a un réel déséquilibre.

    L’échec, c’est tant de dollars investis et tant de compromis sur la vie privée faits pour des succès en réalité très limités.

    Et l’argument ultime c’est “Nous n’avons pas eu un autre 11 septembre”. La sécurité des personnes, tout le monde la veut. C’est l’argument massue parfait pour justifier quoi que ce soit. Mais c’est surtout pour les États-Unis un moyen d’avoir une domination mondiale sur l’information. Et c’est le vrai programme. C’est un outil politique au niveau mondial. Vous ne pouvez pas dire dans les médias que ce programme a des buts de renseignement, même si tout le monde le sait. Cela causerait trop de dégâts, notamment pour l’ego de la classe dirigeante nord-américaine. La vérité est choquante et les médias sont là pour la «médiatiser» au public , pour la rendre digestible quitte à l’occulter ou à la décolorer.

    Aux Etats-Unis, la NSA est incapable de se réformer de l’intérieur en raison de cette dualité : d’un côté le discours sur la protection de la patrie, de l’autre la réalité de la domination mondiale de l’information pour des objectifs de leadership politque et économique.

    Sinon , Snowden aurait pu utiliser un processus interne de la NSA pour résoudre le déséquilibre et ne pas devenir un “whistleblower”. C’est qu’il a lui même dit.

    Juge et politiciens tentent de trouver un message, une solution de communication. Mais le problème sous-jacent à la NSA et à la communauté du renseignement demeure. Derrière ce qui est vendu au public, les programmes de surveillance ne sont justifiés que si vous souhaitez conserver un déséquilibres des forces dans la conduite des relations internationales, pas si votre objectif est de détruire le terrorisme. Rappelez-vous également que les programmes espions instrumentalisent le terrorisme. Depuis le début de 20e siècle les agences de renseignement ont utilisé les terroristes au moins pour organiser les changements de nation et les actions.

    Certains juges ( Richard Leon ) pensent aux fondamentaux, comme Benjamin Franklin qui a dit :

    “Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety.

    Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre.

    D’autres juges ( William H. Pauley III ) sont axés sur la dimension opérationnelle et veulent justifier ce qui est utilisé. Ils ont besoin de trouver une solution qui autorise le maintien des programmes de surveillance être trop contraire à la constitution.

    Ces juges argumentent sur ​​le sens des données. La nature du contenu des conversations espionnées et de leurs métadonnées -ie. “Qui appelle Qui”-, a beaucoup évoluée depuis que la première réglementation sur l’interception a été introduite :

    Les métadonnées contiennent plus de données (localisation, type de communication ) et peuvent être exploitées et explorées de façon automatisée.

    Les métadonnées suffisent pour vous classer politiquement.

    Les métadonnées sont suffisantes pour savoir si vous êtes conservateur ou libéral ou à la marge, stable ou instable, etc…

    Et cela peut être fait au niveau international avec une fiche pour chaque individu connecté numériquement.

    Selon le sens donné à un mot, vous obtenez une vision très différente des usages et des décisions des juges. C’est simple à manipuler et de faire avancer votre agenda caché. Qui dans le grand public connaissait ces métadonnées il y a quelques semaines ou quelques mois? Combien de gens ne savent toujours pas et peuvent être manipulés en disant “c’est sans danger” ?

    Le juge Pauley a déclaré que «Le droit de ne pas être sujet à des persquisitions et des saisies est fondamental mais pas absolu.” Que cela signifie-t’il ? Quelles sont les limites du droit à la vie privée ?

    En effet , le problème fondamental est un paradoxe des démocraties modernes qui tentent de tenir la société soudée. Elles essaient d’utiliser l’intelligence pour atteindre leur objectif : se maintenir au contrôle. Parfois : l’objectif est d’essayer de maintenir l’illusion, mais c’est seulement en cas d’échec.

    Et il n’y a pas que les Etats-Unis : tous les pays modernes sont confrontées au même problème.

    Certes, il y a de vrais méchants : ils existent, ils ne sont pas sages, certaines personnes les combattent.

    Une autre partie se penche sur les inégalités.

    C’est comme de l’eau et des barrages.

    Soit vous construisez un écosystème global égalitaire.

    Soit vous construisez des murs plus solides.

    Les murs d’aujourd’hui sont les programme de la NSA et les drones aux yeux des politiciens.

    Demain ce sera probablement quelque chose d’autre.

    C’est là que la pression du public et d’autres pays partenaires ont à jouer dans la balance équilibrer et rétablir l’équilibre.

    Lorsque le juge Pauley dit “Le droit de ne pas subir des perquisitions et des saisies est fondamental mais pas absolu”, c’est vrai : si vous êtes soupçonné d’un assassinat par exemple, vous pouvez être recherché, il peut y avoir des saisies.

    Il se réfère à cela pour justifier la surveillance de masse, mais c’est en omettant l’intention de la constitution et de la loi.

    La Constitution des États-Unis dit que le citoyen doit être libre de “perquisitions et saisies non motivées” :

    • Le quatrième amendement de la Constitution américaine stipule:

    Le droit des citoyens d’être garantis dans leur personne, leur domicile, leurs papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ne sera pas violé, et aucun mandat ne sera délivré, si ce n’est sur présomption sérieuse, corroborée par serment ou déclaration, ni sans que le mandat décrive particulièrement le lieu à perquisitionner et les personnes ou les choses à saisir.

    La surveillance de masse est aléatoire, permanente, elle mène recherches et captures de communication globales. Et c’est le cas avec la surveillance qu’exercent la NSA et les agences de renseignement. C’est mondial, arbitraire, et c’est pourquoi on l’appelle surveillance de masse.

    Le concept de domicile est maintenant étendu : votre ordinateur est votre maison. Il contient votre courrier, votre journal intime, vos photos. Il se trouve maintenant non seulement dans votre ordinateur, mais l’ordinateur familial, désormais souvent distribué à travers le pays ou le monde. Donc la notion de «domicile» s’applique ici à l’échelle mondiale et sa protection doit aussi être globale.

    Analyse /tmp/think/tank

    Au niveau mondial / gouvernemental

    • Ce n’est que le début d’une nouvelle intensité de la critique envers les agences de renseignement surveillance mondiale de la masse. Elle ne va cesser de grandir.
    • Le niveau d’impunité des États en matière de surveillance de masse incontrôlée va diminuer. Tout comme le niveau de corruption.
    • Le public va être de plus en plus conscient que les techniques utilisées pour la surveillance de masse sont les mêmes que celles utilisés par les organisations criminelles. Il va se protéger activement contre le vol en ligne et de l’abus d’identité de manière à bloqur à la fois la surveillance de masse et la criminalité en ligne.
    • Le public, la société civile et les législateurs vont augmenter les contrôles sur la surveillance et le renseignement pour améliorer la démocratie, même face à une résistance gouvernementale et administrative importante.
    • Les États-nations vont continuer à investir massivement dans la technologie de surveillance jusqu’à ce que des contrecoups publics massifs en terme de coûts et de manque de preuves de ROI se fassent sentir : retour sur investissement faible / investissements massifs.
    • La véritable amélioration globale ne viendra pas de ce domaine sociétal de la surveillance de masse, mais de la création positive de valeur et de partage au niveau mondial.
    • La surveillance de masse va accroître l’inertie des gouvernements qui investissent en eux et en fin de compte les ralentir causant un désavantage organique et stratégique.
    • Le nombre d’interceptions légales mandatées par des juges va probablement se développer de façon linéaire avec la croissance de l’adoption technologique par le grand public. Les parlements utiliseront ces indices afin de surveiller les activités d’interception policières.
    • Le contrôle parlementaire des services de renseignement et le programme de surveillance va augmenter, souvent avec de nouveaux outils pour le faire.
    • Le retour sur investissement mis en regard de ​​la surveillance de masse sera calculé au fil du temps et publié dans les médias régulièrement pour montrer la bonne gouvernance et de la responsabilité des agences de renseignement. Les gouvernements et les administrations à défaut de le faire seront montrés du doigts à l’échelle internationale pour leur manque de gouvernance.
    • Peu de gouvernements seront en mesure d’utiliser la surveillance de masse pour le leadership mondial, les autres vont statistiquement tomber du côtés des perdants plutôt que de faire partie des leaders stratégiques, malgré d’énormes investissements. Certains gouvernements vont utiliser ces programmes pour ralentir la chute de leur nation, en n’ayant pas suffisamment confiance pour utiliser la création et la production d’inverser la tendance.
    • De grands pays (ie. Chine, Brésil , Inde, Russie, USA, Australie) pourraient être tentés de commencer à investir ou d’investir davantage dans la surveillance, mais le feront de manière plus équilibrée après analyse de l’impact de Wikileaks et des révélations d’Edward Snowden. L’effet d’attraction de “ce que peut faire la NSA” sera compensée par les coûts extravagants et les apparentes inefficacités de tels programmes.
    • Les gouvernements, souvent plus petits , avec une orientation positive et créative plutôt qu’une polarisation tournée vers la défense peuvent bénéficier d’une forme plus agile, plus légère de démocratie, avec des budgets plus équilibrés. Cette orientation bénéficiera de dispositifs de surveillance de masse moindres ou inexistants, mais pas seulement.

    Niveau individuel / niveau local

    • Le grand public va devenir globalement plus conscient, même si seule une fraction de la population va prendre des mesures pour défendre les droits du grand public et la vie privée.
    • La protection de la vie privée va s’améliorer de façon spectaculaire, souvent grâce à l’utilisation généralisée de la cryptographie dans les produits de consommation et les applications grand-public.
    • La confidentialité va gagner en valeur aux yeux par les consommateurs, qui comprendront qu’elle les protège à la fois contre les criminels en ligne et la surveillance de masse incontrôlée des gouvernements
    • Les nouvelles technologies de protection seront fournis par des groupes auto-organisés, le plus souvent par le mouvement des logiciels libres et des cercles de hackers. Elles seront massivement adoptés dans de nouveaux appareils et d’applications de communication à venir apportés par les start-ups et de l’organisation du logiciel libre à but non lucratif.
    • Les société d’édition de logiciels mettront plus de temps à fournir des solutions protégeant la vie privée des utilisateurs mais comprendront progressivement que ces caractéristiques font partie des éléments de sécurité désormais nécessaires et verront le potentiel de croissance sur le marché de la sécurité individuelle.
    • Les sociétés utiliseront de plus en plus les mêmes techniques protection que les individus et observeront les impacts sur ​​leurs propres processus de sécurité. Certains impacts seront positifs comme une meilleure protection de la propriété intellectuelle. Certains impacts nécessiteront le déploiement de nouvelles mesures comme l’utilisation généralisé de la cryptographie (ex: SSL / TLS) dans les techniques de Data Loss Prevention (Prévention de Perte de Données) , Intrusion Detection System ( Système de détection d’intrusion) et Intrusion prevention system (Système de prévention d’intrusion).
    • Les opérateurs de Télécommunication et Mobile devront faire preuve de leur investissement dans la protection contre la surveillance de masse incontrôlée et demanderont un meilleur contrôle et une ligne de conduite plus claire des gouvernements et de l’administration.
    • La prise de conscience générale contre l’insécurité de l’information par le grand public aura des impacts positifs considérables contre les activités criminelles en ligne, génératrice de bénéfices bien plus importants que la diminution de l’efficacité de la surveillance de masse.

    Pour plus d’informations , venez voir la conférences / tmp / lab le samedi 18 janvier 2014 au Médiathèque Aragon à Choisy -le-Roi.

    Version anglaise

  • Tuesday, December 31, 2013 - 20:01
    Poor coverage of NSA tech affair shows lame skills of high profile french newspapers

    It is very interesting to see how poor the coverage of NSA tech affair displays the lame skills of high profile french newspapers such as LeMonde and L’Express. It is very telling to see the kind of error these publication do. A few examples:

    Le Monde

    … récupérer les rapports d’erreur envoyés par **l’opérateur de système** Windows aux ingénieurs de Microsoft …

    In this case, poor translation of Operating System into System Operator shows that the journalist at Le Monde who wrote this are totally foreign to the technology world. It’s not that Le Monde is devoid of good technology skills in its journalist crew, as for example Jean Marc Manach from Le Monde Blog displays excellent track record in the tech world. So why these obvious mistakes?

    For l’Express

    dans le cadre de la surveillance de l’opérateur belge Belgacom, lors de révélations datant du mois de septembre. Le quotidien belge Standaard expliquait alors que l’opérateur avait décelé une intrusion “sophistiquée” au sein de sa filiale BCIS, fournisseur en gros de lignes téléphoniques

    There, it’s pure bad journalism practice where journalism skills seem low: low-details and they didn’t even spell right the hacked Belgacom’s subsidiary right as BCIS instead of BICS.

    We can hope that these publication upgrade their level, but one cannot expect articles to be good if the staff does not have a taste for these subjects. And it seems to have been the case for a long time.

    Moreover, one can even question the low interest and activity of these high profile french newspapers in regard with Snowden and NSA affair. How many articles published in french about this? This story is one of the most historic and important disclosure since Wikileaks and french newspaper don’t display the same kind of interest or professionalism as Washington Post, The Guardian or Der Spiegel do.

    These publication will probably have to justify to their readership their true independence in front of conflictual and non-consensual subjects.

  • Sunday, December 29, 2013 - 14:40
    /tmp/think/tank on Snowden, Judges and intelligence governance

    A US federal judge has ruled that mass government surveillance of the phone network is legal. What does that mean?

    Judge and politics are trying to find a message, a communication solution to the NSA and surveillance problem. The NSA surveillance problem remains, as explained below, but these judge’s positions are in context of a political fight, judge are part of this.

    In front of the public outcry against USA and NSA and the global Intelligence Community, the USA needed someone of importance to counter-balance other judges arguments and public opinion.

    Judge Pauley’s ruling contradicts last week’s court ruling in Washington DC. Why do we have two completely opposite views on NSA surveillance?

    Well, there’s an internal problem at NSA, it’s like an internal war is going on at NSA.

    “Security is the problem” you will say is a problem, we agree, but not only this.

    Much more importantly:
    NSA is failing its job.

    Too much data, too few efficiency, hidden by some small successes (but appartenly none on the terrorist side) that were used to justify usefulness of the mass surveillance programs. There’s a real imbalance.

    The fail is that so much dollar invested and so much compromise of privacy for, in reality, not that much success.
    And the ultimate argument is “We didn’t have another 9/11″. Physical security is ultimate thing you cannot touch and that everybody wants. And it’s a good argument to justify anything. More importantly than this, it is a way for the US to get a global information dominance. And this is the real agenda. It is a political tool, at the global level. You cannot say in the media that you use intelligence for this agenda, even though everyone knows it. It’s too much damaging and too much linked with the ego of USA leading class. Truth is shocking, that’s why you need media to “mediate” it to the public, even sometime by obscuring it or fading it to make it digestible.

    In the USA, the NSA is not even able to reform itself from within due to this duality: discourse about homeland protection, reality of global information dominance for economical but also leadership goals.
    Otherwise, Snowden would have used NSA internal way to solve imbalance rather than become a whistleblower. He said it.

    Judge and politics are trying to find a message, a communication solution to it. But the underlying problem at NSA and in the Intelligence Community stays. There’s something being sold to the public, but below it, surveillance programs are only justified if you want to keep an unfair advantage at leading the world, not if you want to destroy terrorism. Remember also that terrorism is another tool for spy programs. Intelligence agencies have used terrorists since the beginning of 20th century at least to organize national changes and actions.

    Some judges (Richard Leon) are thinking about the fundamentals, like Benjamin Franklin said:
    “Who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety”

    Some others judges (William H. Pauley III) are more operations-focused and want to justify what is being used. And they need to find something which is not too much opposed to constitution yet enables the surveillance to go on.

    These judges argue about the sense of the data. Metadata is who calls who. The definition of both the contents of monitored conversations and Metadata (the information of who calls who), is now much different than it was when first regulation about interception was first introduced:
    Metadata has much more data (location, type of communication) and can be mined and explored in automated ways
    Metadata is sufficient to classify you politically
    Metadata is sufficient to know if you are conservative or liberal or fringe; stable or instable; etc…
    And it can be done at the international level, having a “color card” for every one of digital-related human being.

    So depending what meaning you put on a word, you get a very different view of uses, and of resulting ruling from judges. It’s very easy to manipulate this and navigate toward your hidden agenda. Who in the general public knew what Metadata was even a few weeks or month ago? How many people still don’t know and can be manipulated in saying “it’s harmless”?

    Judge Pauley said that “the right to be free from searches and seizures is fundamental, but not absolute.” What does it mean? How are privacy rights limited?
    Indeed, the fundamental problem is the catch-22 of modern democracies trying to hold the society together. And they try to use intelligence for this goal: to know that they are in control. (Sometime: to try to maintain illusion, but that’s only when they fail).
    Not only USA, all modern countries have the same problem.

    One part is real villains: they exist, they are not wise, some people fight them.

    Another part is addressing inequalities.
    It’s like water and dams.
    Either you build a worldwide ecosystem with more equality.
    Or you have to build better and stronger walls.
    Today’s walls are NSA surveillance program and Drones in the eyes of politicians.
    Tomorrow it may be something new.
    That’s where public pressure and other states’ peer pressure are here to balance and make equilibrium.

    When Judge Pauley says that “the right to be free from searches and seizures is fundamental, but not absolute.”, it’s true: if you’re suspected from a murder for example, you can be searched, there can be seizures.

    He refers to this to justify the mass surveillance, but it’s by omitting the intent of constitution and law.

    The US constitution says that citizen should be free from “arbitrary searches and seizures”:

    The Fourth Amendment to the U.S. Constitution reads:

    The right of the people to be secure in their persons, houses, papers, and effects, against unreasonable searches and seizures, shall not be violated, and no Warrants shall issue, but upon probable cause, supported by Oath or affirmation, and particularly describing the place to be searched, and the persons or things to be seized.

    Mass surveillance is random, permanent, global searches and capture of communication. And it is the case with NSA and intelligence agencies surveillance. It’s global, arbitrary, and that’s why it’s called mass surveillance.

    The concept of house is now extended: your computer is your house. It contains your letter, your private journal, your photos. It is now located not only in your computer, but your family computer, which are often distributed around the country or the world. Hence the notion of “house” here applies globally, and its protection needs also to be global.

    /tmp/thinktank analysis

    Global / Governmental level

    • It’s only the beginning of a new intensity of criticism toward Intelligence Agencies global mass surveillance. It’s going to grow.
    • The level of impunity of states in uncontrolled mass surveillance is going to decrease. Just like the level of corruption is going to decrease.
    • Public is going to be more and more aware that the techniques used by mass surveillance are the same as the one being used by criminal organization and will protect themselves actively against online theft and identity abused in ways that will block part of both mass surveillance and online criminality.
    • Public, civil and lawmaking is going to increase oversight and intelligence agencies controls to improve democracy, even in front of enormous governmental and administration resistance.
    • Nation states are going to continue investing massively in surveillance technology until massive public backlashes in term of costs and lack of ROI proofs (low Return on Investment over massive investments).
    • True global improvements do not come from this societal domain of mass surveillance but from positive creation of value and sharing at the global level.
    • Mass surveillance is going to add more inertia to the governments investing in them, ultimately slowing these down to an organic disadvantage and thus lose strategically.
    • Legal interception mandated by judge will probably develop linearly with the increase of technology adoption by general public. Parliament will use these kind of metrics in order to monitor the activities of police-related interception.
    • Parliamentary oversight of intelligence agencies and surveillance program will increase, often with new tools to do so.
    • Return on Investment over mass surveillance will be calculated over time and published in media regularly to show good governance and accountability of intelligence agencies. Government and administrations failing to do so will be singled out internationally for their lack of governance.
    • Few governments will be able to use mass surveillance for global leadership and will statistically fall into the strategical losing party rather than being part of the strategical leaders, despite huge investments. Some governments will use these programs to slow down the fall of their nation by not being confident enough to use creation and production to invert the tendency.
    • Big governments (China, Brazil, India, Russia, USA, Australia) may be tempted to start investing or invest more into surveillance but will do in more balanced ways after analyzing the impact of Wikileaks and Snowden revelations. The attraction effect of “what can NSA do” will be balanced by the enormous costs and the exposed inefficiencies of such.
    • Governments, often smaller ones, with positive and creative orientation rather than the defense orientation may benefit from lighter, more agile form of democracy, along with better balanced budgets. This orientation will benefit from lighter or absence of mass surveillance, but not from this alone.

    Individual level / Local level

    • General public is going to become globally more aware even if only a fraction of the public take actions to defend the general public rights and privacy.
    • Protection of privacy is going to improve dramatically, often through pervasive use of Cryptography in consumer products and applications.
    • Privacy is going to become more and more well regarded by consumers, understanding that it protects them both from online criminals and from uncontrolled mass-surveillance by governments.
    • New protection technologies will be provided by auto-organized groups, most often from open source software movement and hacker circles, and will be massively adopted in new upcoming communication devices and applications brought by start-ups and non-profit free software organization.
    • Software publishing corporations will be slower to adopt and publish privacy-enabling solutions but will gradually understand these are part of necessary security and recognize the growing market for such security.
    • Corporations will protect themselves more and more with the same techniques as individual do and will see impact on their own security posture. Some impacts will be positive such as better intellectual property protection. Some impacts will need new measures such as the pervasive use encryption (SSL/TLS for example) on DLP, IDS and IPS technologies.
    • Telecom and Mobile provider will need to show their investment in protecting against uncontrolled mass surveillance and will ask for more oversight and clearer situation from governments and administration.
    • General awareness against information insecurity by the general public will have tremendous positive impacts against online criminal activities, far out-benefitting the decreased efficiency of mass surveillance.

    For more information, come see /tmp/lab conference on saturday 18th january 2014 at Médiathèque Aragon in Choisy le Roi.

     

  • Saturday, December 21, 2013 - 17:52
    Conference “Pourquoi Obama lit-il mes mails ?”

    Le samedi 18 janvier 2014 à la Médiathèque Aragon de Choisy le Roi.

    Le /tmp/lab a fait en partenariat avec les médiathèques de la Ville de Choisy qui font la promotion le logiciel libre et la culture du partage. La superbe salle de conférences de la nouvelle Médiathèque sera le lieu de conférences organisées par le /tmp/lab dans l’année à venir.

    Pour la première édition, Philippe Langlois nous parlera des enjeux des écoutes NSA/PRISM dans le cadre d’une perspective historique accessible à tous : évolution des techniques et des politiques sur 50 ans…

    Bien entendu accès libre et très simple en RER (3 minutes à pied). N’hésitez pas à venir rien que pour voir le lieu (bornes Linux, bornes de téléchargement de contenus libres / domaine public, entre autres). Nous aurons normalement une retransmission audio/vidéo live de la conférence pour ceux qui ne pourraient pas venir.

    gabarit-page001

  • Thursday, December 19, 2013 - 09:08
    Great resource by Bernardo Damele A. G. On Reverse shells one-liners

    It’s worth checking it out, and since in hacking and security the basics are never completely understood, read it:

    http://bernardodamele.blogspot.fr/2011/09/reverse-shells-one-liners.html?m=1

  • Thursday, November 28, 2013 - 22:57
    Réunion auto hébergement de serveurs

    Compte rendu de la réunion

    Atelier / Présentation auto-hébergement de serveurs

    Jeudi 12 décembre à 20h30

    @/tmp/mpt
    30 rue de newburn
    94600 CHOISY LE ROI
    RER C Choisy / BUS 183

    Bonjour,

    Dans la série “autohébergement”, je voudrais… le serveur !

    Présentations de solutions réelles, du low voltage au rack qui tache, discussions sur les pourquoi et les comment de l’hébergement de serveur à la maison (ou ailleurs), de ses limites et de ses enjeux, présence de bons connaisseurs de ces questions, ouverture totale à tou-te-s ceux-celles qui veulent venir, quel que soit le niveau technique.

    Comme d’habitude nous avons ouvert un pad qu’il est libre de le consulter et d’y ajouter des informations et de les questions sur https://pads.usinette.org/p/auto-hebergement-serveurs

    Qui a déjà essayé ? Quels problèmes avez-vous rencontré ? Qu’est-ce qui vous semble essentiel à aborder / faire ? Quels sont les projets récents dans ce domaine qu’on connaîtrait pas ?

    Alban

  • Wednesday, November 27, 2013 - 15:42
    Hackito Ergo Sum 2014

    534960_10150678656020698_746345697_9565555_658038665_n-477x270

    Hackito Ergo Sum 2014 is being setup. Created by /tmp/lab and for hacking & security passionate researchers, HES 2014 will be the 5th edition of this conference.

    http://2014.hackitoergosum.org/

     

  • Monday, September 2, 2013 - 10:34
    Réunion auto-hebergement + Caliop.net

    Le /tmp/lab fera une réunion sur le sujet de l’auto-hébergement du mail, un sujet crucial que les affaires Prism, Gmail ou Lavabit ont mis en avant récemment mais qui travaille en réalité la société technologique depuis des années.

    Réunion ouverte à tous
    Jeudi 5 septembre 2013 à 20h30
    6bis Rue Léon Geffroy 94400 Vitry-sur-Seine

    La réunion questionnera les solutions et les initiatives collaboratives possibles pour les faire connaître et les mettre en place. L’auto-hébergement au sens large sera d’ailleurs un sujet récurrent dans les mois à venir et d’autres actions / réunions se préparent (ex: serveur à domicile, solutions de remplacement des réseaux sociaux).

    Si affinité, envoyer son entité physique :) Mais pas que.

    Comme nous sommes super innovants et que c’est vraiment pas le genre de sujet qui avance en bidouillant tout seul dans son coin, nous mettrons en place une chatroom audio utilisant le logiciel libre Mumble. Que de fait, même les pieds doucement calées dans ses charentaises, chacun pourra écouter la discussion et y participer.

    Serveur Mumble : mumble.hostityourself.com port : 64738

    Et après ?

    Nous réfléchissons à l’élaboration d’une sorte de catalogue qui décrirait les étapes, les modes d’organisation, les solutions et infos techniques associées à cette question et aux autres concernant l’auto-hébergement.

    En l’état, nos priorités dans cette construction ouverte seraient :
    *    Liberté : diffuser des solutions libres dans des conditions de partage maximales
    *    Utilisateurs : proposer des solutions adaptées à des niveaux / moyens différents
    *    Faisabilité : proposer des “recettes” réalisables aujourd’hui en l’état des techniques
    *    Sécurité : proposer les meilleurs moyens d’avoir une sécurité optimale pour chaque recette

    Plus d’informations dans ce pad : https://pads.usinette.org/p/auto-hebergement-mails

    Rendez-vous donc le 5 septembre.

    Alban